INTERVIEW

Maelan Kerneguez

En début d’année, nous avions rencontré Goulwen, excellent trailer… Aujourd’hui, zoom sur Maëlan, son frère cadet. Un jeune plein d’avenir qui, avec son mental à toute épreuve, pourrait bien devenir un des futurs cracks sur les routes et chemins du Grand Ouest… Il a remporté le 9km du Tiken cette année et truste de nombreux podiums… Rencontre.

Salut, mais qui es tu ???

Salut, j’ai 18 ans, je suis étudiant en licence 2 en STAPS spécialisé dans l’entraînement sportif en athlétisme, à Nantes où j’ai un appartement. Sinon, j’ai grandi à Chauvé, une petite ville perdue dans la campagne Pornicaise où je rentre quasiment tous les we. Je cours pour le Stade Nantais Athlétique Club, une section du Nantes Métropole Athlétisme dans laquelle je suis licencié depuis l’année dernière.

La course que tu rêves de gagner ?

Pour l’instant, pour moi il n’a y pas une course en particulier qui sort du lot et que j’aimerais gagner plus que les autres mais c’est vrai qu’il y a des courses qui font rêver comme l’UTMB ou encore la Diagonale des Fous pour ce qui est des trails les plus célèbres. Sinon gagner les championnats de France de cross me fait tout autant rêver.

Ta perf’ dont tu es le plus fier ?

Étant donné que ce fût ma 1ère victoire, gagner le 9km du tiken est sûrement la perf’ dont je suis le plus fier. D’autant plus qu’avec mes compagnons de tête, nous nous sommes perdus assez rapidement dans la course alors qu’on avait déjà creusé un bel écart, j’ai donc dû les lâcher puis rattraper toutes les personnes qui nous étaient passées devant pour aller chercher ma 1ère victoire au scratch.

Ton souvenir le plus délirant sur 1 course ?

J’ai quelques anecdotes comme celle du Tiken ou encore me rendre compte à l’arrivée que j’ai oublié de mettre ma puce.

C’est qui le’plus fort ? Ton frère ou toi ?

Pour l’instant, c’est mon frère le plus fort, c’est incontestable. Cependant, nous avons 4 ans d’écart donc j’espère un jour pouvoir inverser la tendance. Après lui, sa spécialité c’est le trail. Moi, pour l’instant, je touche encore à tout.

L’athlète qui n’arrête pas de se la péter ?

Comme je n’ai personne d’autres qui me vient à l’esprit, je vais être honnête et dire moi. Quand je fais un résultat dont je suis fier, mes parents en entendent parler jusqu’à la prochaine bonne performance.

Tu penses à quoi sur la ligne de départ ?

Si c’est une course sur piste, je vais surtout penser à mes temps de passage pour ne pas partir trop vite et être bien régulier. Si c’est un cross, je vais me remémorer le parcours et ses passages un peu plus techniques par exemple où sont les bosses, ou encore où récupérer. Si c’est une course qui n’est pas organisée par la FFA, je sais qu’il y aura moins de niveau du coup je vais regarder qui sont les autres participants pour savoir si je peux jouer le podium voir la victoire. Mais à chaque fois je vais me mettre dans ma bulle pour ne pas me faire déconcentrer.

Le truc qui t’énerve dans la vie ?

Qu’on me dise ce que je dois faire, je tiens à ma liberté et je déteste qu’on m’impose des choses, surtout quand ce sont mes parents qui me l’imposent.

 Plutôt Pates Carbo ou bon gastro ?

Carbo, c’est un plat simple et efficace.

Plutôt grass’mat ou lève tôt ?

Grass’mat, je suis un fan du réveil à 12h voire +. Le matin, ça sert à rien, Jean Jacques Goldman l’avait compris avant tout le monde. Blague à part, même pour courir, je préfère largement y aller le soir que le matin.

Ton objectif sportif pour 2021/2022 ?

J’ai plusieurs objectifs pour cette saison : sur piste, je vais essayer de battre mes records sur 800m et 3000m ce qui ne devrait pas poser de problème étant donné qu’ils datent un peu. Pour ce qui est des cross, j’aurais bien aimé viser la qualification pour les France mais comme je vais passer espoir au 01/11, ça risque d’être très compliqué.

Le titre qui te fait chanter ?

« Ramenez la coupe à la maison » de Vegedream

Est-ce que l’année 2020 aura changé quelque chose dans ta vie sportive et/ou sociale ?

Oui, bien sur l’année 2020 a été une année très particulière pour tout le monde. Je devais participer pour la  1ère fois aux France de cross qui avaient lieu à Montauban fin février mais qui ont malheureusement été annulé. Je devais également faire un 10km en mars pour tenter de me qualifier aux France mais celui-ci a également été annulé. Cela a été dur sur le plan sportif étant donné que je n’ai pas fait de compétition entre février 2020 et mai 2021. J’étais forcément moins motivé et je ne courais pas avec la même régularité et la même intensité. Dès que les compétitions ont repris en mai 2021 je me suis entraîné tout seul de mon côté pour reprendre au plus vite du niveau.

 La série dont tu aurais aimé faire parti ?

Alien, je les ai tous vu et revu à de nombreuses reprises et je suis passionné par l’univers que le réalisateur a su créer.

Le plus bel endroit de France ?

La Bernerie en Retz, en vrai c’est pas si beau, il n’y a rien d’extraordinaire, mais c’est là-bas que je sors tout l’été à la plage ou en soirée parce qu’il y a une bonne ambiance et ça reste pas trop loin de chez moi.

Le truc de fou que tu aimerais faire ?

Un tour du monde !

Ta blague préférée ?

Qu’est ce qui est jaune et qui attend?  Jonathan

Quel est le plus beau cadeau que quelqu’un pourrait te faire ?

Alors j’aurais 20 ans le 13/12/2022, jour exact où se tiendra la 1ère demi-finale de la coupe du monde au Qatar. Donc, si la France est encore en lice et joue dans cette finale, je pense que ça serait un super cadeau qu’on pourrait me faire en m’offrant le voyage et la place au match.

La honte de ta vie ?

Au nouvel an 2019 j’ai fait un coma éthylique et j’ai fini à l’hôpital.

Si tu étais quelqu’un d’autre, tu serais…..

Arnold Schwarzenegger, c’est quelqu’un qui a eu une vie juste impressionnante. Il a été le meilleur du monde dans son sport et une fois sa carrière de sportif terminée il a su rebondir en devenant acteur dans des films qui ont connu un grand succès comme Terminator par ex. En plus, il a également fait une carrière politique par la suite.

 Un conseil pour bien débuter en course à pied ?

Ce qui est très important, quand on débute, c’est de ne pas griller les étapes, il faut augmenter les distances et les intensités de manière progressive. Il faut se faire un programme individualisé qui correspond à nos objectifs mais également à notre vie personnelle. Et enfin être bien conscient de ses capacités afin de ne pas se surestimer en voulant faire trop long trop tôt sinon on ne restera pas longtemps dans le milieu.

Question de Jean-Marie Diverrez, notre invité précédente: Quelle est ta devise dans la vie ?

Ma devise , c’est «  On a toujours le choix ! »

Enfin, quelle question souhaites-tu poser à notre prochain invité ?

Quelle est ta routine le jour d’une compétition (par exemple les superstitions qui sont obligatoires pour que tu réussisses ta course)?

Merci Maelan et @ bientôt !